Archives du mot-clé computing

Web 2.0 Summit : le « Cloud Computing » pose les premiers jalons du web 3.0

Le « cloud computing » ou la virtualisation de l’information, a été omniprésente au sein du Web 2.0 Summit. L’industrie a examiné la migration du client serveur à l’utilisation de millions de serveurs virtuels.

«Il y a beaucoup de battage médiatique. Nous pensons que le « cloud computing » est la prochaine évolution de l’informatique», a déclaré le CTO de Cisco, Padmasree Warrior. « C’est une façon d’abstraire les services et les applications des ressources physiques en utilisant des services à la demande. »

Warrior estime que le « cloud computing » se développera en passant d’une utilisation privé à une utilisation hybride qui permettent la mobilité des applications et des services avec des serveurs virtuels jusqu’à la naissance d’une fédération « intra-cloud ». »Nous devons passer à un « intra-Cloud », avec la fédération des applications pour favoriser la mobilité de l’information. Ce n’est pas très différente de la façon dont l’Internet évolue. Il nous faudra quelques années pour y arriver. Nous devons réfléchir sur la sécurité et l’équilibre entre charge et échange de trafic.La flexibilité et la vitesse à laquelle vous pouvez développer et déployer des applications de base sont les avantages qui seront les moteurs de cette transformation. »Warrior a défini les « clouds », comme ayant quatre couches: le socle IT, l’infrastructure souple, la plateforme offrant des services et les applications offrant des services.

Paul Maritz, CIO de VMware, a noté que les plates-formes offrant des services, telles que Salesforce.com ou le futur Microsoft Azur, présente un défi pour les développeurs. « Les développeurs doivent faire un véritable pari en choisissant une plate-forme. Je pense qu’il est possible de voir d’autres technologies qui sont plus ouvertes et normalisées »

Kevin Lynch , CTO d’Adobe, a reconnu que la compatibilité de la plate-forme au « cloud » est un problème. « Le niveau de vérouillage dans le « cloud » en termes de demandes d’exécution et d’agrégation de données est à un niveau risqué à l’heure actuelle en termes de continuité de service».

Dave Giroaurd, président de Google Enterprise, a évoqué les écueils de la propriété intellectuelle entre les « clouds ». «Il s’agit d’une zone de flou juridique quant à savoir qui est propriétaire de quoi ».

Le CEO de Salesforce.com, Marc Benioff quant à lui s’est vanté de l’intégration entre sa plate-forme Force.com celle de Google et de Facebook à titre d’exemple pour illustrer la manière dont les nuages services peuvent être agrégés.

Finalement, les fournisseurs de services de type « cloud computing » seront de plus en plus ouverts et adhèreront à des normes qui permettent de fédérer et de favoriser la mobilité entre les « clouds » . Maritz voit le « cloud computing » contribuer à l’économie des technologies de l’information et stimuler les places de marchés dédiées à l’échange d’informations.

« Le défi est de savoir comment rendre l’information disponible de manière sélective et sécurisée afin que les parties tierces puissent apporter de la valeur ajoutée ». Mais être en possession des données et des applications dans le « cloud » ne sera pas suffisant pour créer des places de marchés dynamiques dédiées à l’échange d’informations. Nous avons besoin de trouver de nouveaux modèles de représentation des données et des moyens de qualifier ces données». En effet, le « cloud computing » n’est pas très convaincant sans le web sémantique communément appelé le Web 3.0.

source : http://news.cnet.com/8301-1001_3-10086111-92.html?tag=blogFeed

Partager ce post