Archives pour la catégorie News

Web 2.0 Summit : le « Cloud Computing » pose les premiers jalons du web 3.0

Le « cloud computing » ou la virtualisation de l’information, a été omniprésente au sein du Web 2.0 Summit. L’industrie a examiné la migration du client serveur à l’utilisation de millions de serveurs virtuels.

«Il y a beaucoup de battage médiatique. Nous pensons que le « cloud computing » est la prochaine évolution de l’informatique», a déclaré le CTO de Cisco, Padmasree Warrior. « C’est une façon d’abstraire les services et les applications des ressources physiques en utilisant des services à la demande. »

Warrior estime que le « cloud computing » se développera en passant d’une utilisation privé à une utilisation hybride qui permettent la mobilité des applications et des services avec des serveurs virtuels jusqu’à la naissance d’une fédération « intra-cloud ». »Nous devons passer à un « intra-Cloud », avec la fédération des applications pour favoriser la mobilité de l’information. Ce n’est pas très différente de la façon dont l’Internet évolue. Il nous faudra quelques années pour y arriver. Nous devons réfléchir sur la sécurité et l’équilibre entre charge et échange de trafic.La flexibilité et la vitesse à laquelle vous pouvez développer et déployer des applications de base sont les avantages qui seront les moteurs de cette transformation. »Warrior a défini les « clouds », comme ayant quatre couches: le socle IT, l’infrastructure souple, la plateforme offrant des services et les applications offrant des services.

Paul Maritz, CIO de VMware, a noté que les plates-formes offrant des services, telles que Salesforce.com ou le futur Microsoft Azur, présente un défi pour les développeurs. « Les développeurs doivent faire un véritable pari en choisissant une plate-forme. Je pense qu’il est possible de voir d’autres technologies qui sont plus ouvertes et normalisées »

Kevin Lynch , CTO d’Adobe, a reconnu que la compatibilité de la plate-forme au « cloud » est un problème. « Le niveau de vérouillage dans le « cloud » en termes de demandes d’exécution et d’agrégation de données est à un niveau risqué à l’heure actuelle en termes de continuité de service».

Dave Giroaurd, président de Google Enterprise, a évoqué les écueils de la propriété intellectuelle entre les « clouds ». «Il s’agit d’une zone de flou juridique quant à savoir qui est propriétaire de quoi ».

Le CEO de Salesforce.com, Marc Benioff quant à lui s’est vanté de l’intégration entre sa plate-forme Force.com celle de Google et de Facebook à titre d’exemple pour illustrer la manière dont les nuages services peuvent être agrégés.

Finalement, les fournisseurs de services de type « cloud computing » seront de plus en plus ouverts et adhèreront à des normes qui permettent de fédérer et de favoriser la mobilité entre les « clouds » . Maritz voit le « cloud computing » contribuer à l’économie des technologies de l’information et stimuler les places de marchés dédiées à l’échange d’informations.

« Le défi est de savoir comment rendre l’information disponible de manière sélective et sécurisée afin que les parties tierces puissent apporter de la valeur ajoutée ». Mais être en possession des données et des applications dans le « cloud » ne sera pas suffisant pour créer des places de marchés dynamiques dédiées à l’échange d’informations. Nous avons besoin de trouver de nouveaux modèles de représentation des données et des moyens de qualifier ces données». En effet, le « cloud computing » n’est pas très convaincant sans le web sémantique communément appelé le Web 3.0.

source : http://news.cnet.com/8301-1001_3-10086111-92.html?tag=blogFeed

Partager ce post

iPhone version 2.2 : Streetview, Podcasts mais toujours pas de Push

iphone22

Actuellement distribué en version bêta auprès de quelques développeurs, Apple travaille sur une version 2.2 pour iPhone. Quelques fonctionnalités viennent compléter l’OS sans pour autant le révolutionner.

Nouvelles fonctionnalités de la version 2.2 pour iPhone:

  • Google Map Mobile intègrera « Streetview » pour se diriger en images dans une ville, seulement Paris, Lille, Nice, Lyon, Marseille et Toulouse devraient être disponibles dans un premier temps.
  • Support des transports en commun toujours sur Google Map Mobile (bus et métro)
  • Partage de sa position GPS , de sa vitesse et de sa direction
  • Ouverture des entrées audio aux applications tierces
  • Refonte graphique de Safari Mobile et de l’App Store
  • Téléchargement de Podcasts en 3G ou Wifi depuis iTunes

Ce qui n’est pas au programme pour cause de surconsommation et d’instabilité est la notification Push. La sortie était programmée pour Septembre dernier mais il faudra sans doute attendre le Keynote de Janvier 2009 pour un upgrade encore très attendu.

Les Japonais n’achèteront pas l’iPhone 3G

Selon une étude récente menée par Electronista, 91 % des japonais ne veulent pas de l’iPhone 3G. Ce rejet parait plutôt étonnant aux yeux des européens et américains mais force est de constater que l’empire du soleil levant attend bien plus d’un terminal mobile multimédia.
L’étude en elle même ne révèle pas les freins à l’achat des japonais mais on peut penser que la qualité des terminaux actuels est déjà bien supérieure. Voici quelques années que les japonais ont complètement intégré la dimension numérique et mobile dans leur vie de tous les jours : ils s’en servent comme terminal de paiement, récepteur TNT, appareil photo numérique haute résolution, lecteur de tag 2D ou navigateur web haut débit, et, l’iPhone 3G parait bien fade à coté des terminaux nippons. Apple révisera t-il la 3éme génération de l’iPhone pour séduire les japonais ? Réponse dans 6 mois mais en attendant , nous pauvres européens joueront avec notre iPhone 3G et c’est n’est déjà pas si mal.

Earthscape Beta : Google Earth bientôt sur iPhone

earthscape iphone

Vous rêviez de voir à quoi ressemble la terre depuis votre iPhone, Earthscape l’a fait. Frank Taylor de Google Earth Blog a tester une application pour iPhone encore en phase de développement qui permet de voir et de naviguer sur une terre virtuelle, comme on pourrait le faire sur Google earth. Ce n’est pas encore le cas de Google Earth mais on peut facilement imaginer une version 100% mobile pour parcourir le monde du bout du doigt. Earthscape a créé son propre programme Virtual Earth qu’il décrit comme un Géonavigateur social. Comme avec Google Earth, l’application vous permet de tagger des lieux avec du texte, des photos, l’emplacement d’un restaurant ou l’ajout d’articles. On peut aussi voir différentes superpositions d’images du même endroit au cours des différentes saisons et différentes époques de l’histoire. Le logiciel est disponible seulement en version bêta privée pour l’instant (inscrivez-vous ici).

Voir la démo en vidéo

Le « crash-serveur » des sociétés du CAC40

crash cac40

Les sites des sociétés du CAC40 ne respecteraient pas les critères de disponibilité et de vitesse de chargement. Selon Watchmouse, société qui surveille la performance des sites web, 5 sociétés auraient un site web dont les performances ne seraient pas satisfaisantes. Ainsi, les sites corporate des groupes: L’Oréal, France Telecom, Air France-KLM, Lagardère et Danone, ne passeraient pas les tests standards d’usabilité. WatchMouse effectué le meme constat pour les réseaux sociaux il y a quelques temps et mis en avant que les sites les plus populaires – à l’instar de Facebook – sont aussi ceux dont les performances sont parmi les plus faibles.

Il serait très facile d’attaquer ces groupes sur ces dysfonctionnements, alors a qui la faute? Au DSI, au juriste qui a signé le contrat avec l’hébergeur,à l’agence ou aux consultants qui ont conclu sur un SLA (Service Level Agreement) irréaliste. Un tête doit tomber…non? On pardonne volontiers à un site tel que Facebook la disponibilité inconstante de son service mais pas aux sociétés du CAC. La place qu’occupe le web dans ces groupes est-elle négligée ou s’agit-il d’un problème insolvable, presque trop classique ?

Cette étude va sans doute rapidement faire réagir ces groupes pour regarder de plus prêt leur performance serveur ou peut être est-ce dans la conception même du site qu’il faut aller chercher les réponses. Le trafic est sans aucun doute un facteur important mais quand on regarde de plus prêt, il y a beaucoup de processus assez chargés qui viennent alourdir les pages du site : flash, images haute définition et vidéos. Il y a de forte de chance pour que d’ici quelques mois le problème soit résolu à coup de milliers d’euros pour tripler la bande passante, « placardiser » un ou deux grouillots totalement innocents dans l’affaire et changer d’agence pour le prochain site…Ou peut-être qu’il ne se passera tout simplement rien, et ça c’est vraiment drôle.

Source: L’Atelier

L’iPhone et son navigateur full-web dope l’audience des réseaux sociaux

Selon une enquête d’Opera, on comptera plus de 11.9 millions d’utilisateurs Opera Mini en Mars, près de 41%  du trafic web mobile est réalisé sur les réseaux sociaux – jusqu’à 60% dans certains pays, dont les États-Unis. Comparez cela à environ 6% du trafic web total Web pour les réseaux sociaux en dehors du Web mobile. Ce n’est pas du tout surprenant, mais, compte tenu de la récente prolifération de nouveaux téléphones au navigateur intelligent « full-web browser, iPhone-like ». Opera indique que 3/4 du trafic Web mobile est désormais en mode « full-web », plutôt que WAP ou sur des sites en . Mobi , qui deviennent rapidement obsolètes. Tout cela annonce de grandes avancées pour le Web mobile cette année, et les analystes commencent à se mettre d’accord. Les chercheurs de Gartner s’attentent toujours à ce que les réseaux sociaux mobiles deviennent le fer de lance du web mobile.

Pour les annonceurs, les réseaux sociaux mobiles sont une véritable aubaine, compte tenu de la catégorie sociodémographique de leurs utilisateurs. Plus de 60% des utilisateurs à MocoSpace, par exemple, qui est un des plus grands réseaux sociaux mobiles aux États-Unis, sont âgés de 18 à 34. Et 25% des citoyens américains âgés de moins de 25 comptent uniquement sur les téléphones mobiles, comme moyen principal de communication vocale. Au Royaume-Uni la régie du service mobile Blyk, a vu émerger d’incroyables taux de clics sur leur campagne publicitaires, en moyenne de 29%, et 67% de taux de réponses.

Les mobinautes sont tout simplement plus susceptibles de répondre à la publicité que les utilisateurs réguliers d’Internet. Il est clair que pour le e-commerce mobile via les réseaux sociaux semble être la meilleure façon de cibler les consommateurs.

Source: http://www.readwriteweb.com/archives/mobile_web_social_network_usage.php