Le web 3.0 : mythe ou réalité!

 web 3.0

Le web 3.0 est-il un mythe ? Selon les tendances et les différentes phases du développement technologique actuel, le web 3.0 peut se définir ainsi : web3.0 = Open Source + réseau d’applications Web + Intelligence artificielle+ interface utilisateur personnalisée.
Le web 3.0 existe déjà, la question, de la formalisation de ce concept n’a de sens que pour les médias, pour créer un buzz tout comme pour le « Big-Bang » du web 2.0. La cartographie de cet ensemble de sites formant le web 3 ne sera clairement identifiée qu’après fusion, acquisition et séparation en entités distinctes des acteurs actuels. L’effet de refroidissement de la bulle 2.0 étant en cours, d’ici quelque mois le concept « web3.0″ pourra prendre tout son sens.

  • La machine a interprété l’utilisateur ou la recherche sémantique supplantera la traditionnelle recherche Google
  • Les flux RSS, « lifestreams » et communautés virtuelles créeront plus d’interactions « intelligentes »
  • L’interface riche sera la norme : le pouvoir des techniques comme Ajax /Adobe AIR / Flash / Flex, MS Silverlight permettra le développement de l’interface client riche.

L’un des pré-requis indispensable pour cette alchimie reste la sécurisation des communautés et la mise en place de véritables passerelles d’échanges. Quelle que soit l’étiquette 1.0, 2.0 ou 3.0, Internet continuera d’évoluer et les systèmes interconnectés continueront de grandir.

Partager ce post

Le Web Mobile est mort, Vive le Web Mobile!

Le web mobile est-il mort? Aux dires de certains entrepreneurs, oui le web mobile est mort!

Russell Beattie, l’ancien évangéliste de Yahoo! a annoncé cette semaine qu’il apprétait à quitter son entreprise pour Mowser, parce que le marché de la navigation mobile est en train de prendre un tournant majeur. « Le trafic mobile n’est pas là, » explique Beattie : « Il ne l’est pas maintenant et il ne le sera pas demain ». Beattie fait cette annonce 2 mois après le bloggeur mobile et consultant  Michael Mace:  « Le métier de faire des applications pour les appareils mobiles est en train de mourir, écrasé par une fragmentation du marché et des pratiques commerciales restrictives. Soyons honnêtes: nous sommes tous des toxicomanes de la communication sociale. Nous sommes accros. Qu’il s’agisse d’une nouvelle application Twitter, d’une nouvelle fonctionnalité Facebook ou d’un nouveau réseau social. Mais on ne peut pas être la norme. La vérité est qu’être impliqué dans les réseaux sociaux prend du temps, la plupart des gens n’en ont pas beaucoup. Alors, comment les gens ordinaires peuvent s’impliquer dans ces technologies, ces réseaux? Et combien de temps faudra-t-il? »

 Les nouveaux navigateur mobiles ont peu de sens, ce qui intéresse les gens est de se connecter sur le web, pas le web mobile. Le web mobile n’est qu’une façon détournée d’accéder à certains contenus, certaines fonctionnalités d’un site web. En témoigne le navigateur Safari  sur l’iPhone, ce qui est révolutionnaire est la faculté d’acccéder à un site web « traditionnel », pas une version diminuée du site.

FreeMyFeed : des flux RSS sécurisés

FreeMyFeed 

Vous avez toujours rêvé de lire un flux RSS sécurisé, mais vous ne pouvez pas car un nom utilisateur et mot de passe est demandé et votre lecteur RSS ne supporte pas cette fonction. FreeMyFeed vient libérer vos flux RSS y compris votre e-mail Gmail. Parmi les nombreux services FreeMyFeed supporte la délivrance de vos email Gmail sous forme de flux RSS. Vous pouvez maintenant lire vos e-mail Gmail (et à peu près n’importe quel autre flux  protégée par mot de passe) en utilisant Google Reader FreeMyFeed.

Vous insérez  vos flux RSS dans FreeMyFeed, et puis FreeMyFeed vous donne un flux RSS sécurisé. Ensuite, chaque fois que votre flux RSS mises à jour, il passe à travers le proxy et FreeMyFeed sur votre lecteur RSS. Vous n’avez plus qu’à décider si vous faites confiance à ce service sécurisé.

Google partage son infrastructure pour développer vos applications

Google App Engine permet désormais de construire des applications web sur le même socle que les systèmes évolutifs des applications Google. Google App Engine fournit une application totalement intégrée à l’environnement Google App. Le système permet de construire des applications évolutives proposées à des millions d’utilisateurs sans  craindre les complications d’un système à grande échelle. Comme à son habitude, Google propose ce service gratuitement. Chaque Google App Engine peut utiliser jusqu’à 500 Mo de stockage et assez de bande passante et CPU pour 5 millions de pages vues par mois. En « preview release » pour l’instant, les inscriptions sont limitées aux 10000 premiers développeurs.

Microsoft travaille sur l’iPhone killer, les interfaces tactiles et flexibles

microsoft tacile flexible interface

Les chercheurs de Microsoft ont développé un prototype qui mesure la force de torsion ou de pliage appliquée à un appareil. L’UMPC Samsung modifié dispose capteurs qui détectent la flexion appliqué à l’appareil en plus de l’interface tactile. L’objectif est de rendre les interactions avec les objets plus riches et plus intenses, et éliminant par la même occasion des boutons qui occupent toujours trop de place. Directement inspiré de l’iPhone, la suppression des boutons d’interactions est à la mode. Après le retour de force tactile, la torsion, nous n’aurons plus qu’à jeter l’appareil par terre pour l’éteindre.

Ma vie en version 1.0, j’attends le patch correctif 2.0…

Il y a quelques jours j’ai reçu une offre France Telecom pour recevoir mes factures en ligne. L’offre parait plus qu’intéressante (pour archiver des documents inutiles et pour l’environnement !) Au moment de valider, on me demande de confirmer mon email qu’ils gèrent déjà (mon FAI est bien Orange), lequel je ne sais plus, j’ai au minimum 10 emails différents et puis un second message apparait m’interdisant toute action complémentaire car mon adresse n’est pas reconnue : résultat de l’opération j’ai abandonné… Au secours j’ai besoin d’aide, je travaille dans les nouvelles technologies et je ne parviens pas à effectuer le reste des opérations demandées.

J’ai un gestionnaire de mots de passe sur Firefox et IE, un agenda et une task list sur Outlook digne d’un documentaliste maniaque et je n’y arrive pas.

Nulle part je n’ai trouvé les instructions pour venir à bout de cette modeste tache. Combien de temps doit-on gaspiller pour effectuer l’organisation se vie sur le web ? Mes attentes sont sans limites pour gagner du temps et il existe une bonne dizaine de taches que j’aimerai pouvoir effectuer online pour :

  • Gagner du temps dans des taches administratives rébarbatives sans avoir besoin de vérifier le « manuel de l’utilisateur », il serait bien d’avoir une seule référence ou l’on puisse garder toutes ses informations.
  • Pour l’inspiration quand on ne trouve pas la solution pour accomplir une tache « X » : un outil pour qui me permette d’obtenir la solution immédiatement.
  • Pour le dépannage : Combien de fois avez-vous fait quelque chose sans obtenir le résultat escompté.
  • Pour être formé et transmettre mon savoir.

La gamme d’outils en ligne que j’utilise semble insuffisante pour admistrer ma vie :

  1. Relevés bancaires et documents administratifs
  2. Comptes et mot de passe
  3. Mes emails et mes contacts
  4. Mes publications et mes documents
  5. Mes souscriptions à divers contrats

La meilleure solution à l’heure actuelle semblerai de tout conserver dans un seul fichier sur un seul poste ? A regarder de près sa vie nous gérons des centaines de documents online ou offline, des milliers d’information présentent sur différent supports. C’est peut être dément mais il faudrait classifier et normer tout cela. C’est sans doute impossible mais ma vie 2.0, ma vie en version sémantique, j’en rêve.