L’iPhone lira le Flash avec ou sans Adobe…

iPhone Flash 

Adobe a annoncé récemment aux investisseurs qu’ils travaillaient sur un module Flash pour iPhone. Le DG d’Adobe, Shantanu Narayen, a déclaré aux investisseurs que Flash était synonyme avec Internet et que toute personne utilisant le média online avait besoin de cette application pour enrichir son expérience. « Après avoir évalué le Kit de développement « SDK  iPhone« , nous pouvons commencer à développer nous même un lecteur flash, mais nous pensons avant tout aux avantages de nos clients communs, et nous voulons travailler avec Apple pour mettre cette fonctionnalité en place en natif dans l’iPhone. » D’après des enquêtes récentes, l’iPhone est déjà établi comme le navigateur mobile n °1 aux Etats-Unis, et n° 2 au Royaume-Uni. Qui à le plus besoin de l’autre Adobe ou Apple ? Combien de temps Steve Jobs tiendra t-il avant d’accepter la main tendue d’Adobe ? La réponse: pas mal de temps, sinon indéfiniment.

Tout d’abord, le site YouTube, qui compte parmi les plus grands consommateurs de vidéos en Flash, propose déjà une version sans-Flash spécialement conçu pour iPhone &  iPod Touch. Ensuite, plutôt que d’utiliser Flash pour construire des applications Rich Média pour iPhone & iPod Touch, les développeurs pourront utiliser le « SDK » leur permettant de construire des clients pour toute une gamme de services. Enfin, avec le développement de Safari, Apple a déjà évoqué le potentiel des applications Web en offrant une interface capables de supporter les normes de codage Web2.0.

Nous pouvons donc attendre de voir des améliorations très bientôt sur les produits iPhone & iPod Touch avec ou sans Adobe.

Partager ce post

SlideRocket : un Powerpoint version 2.0

Sliderocket

SlideRocket une application très prometteuse en Flash qui permet de créer un PowerPoint en quelques clics et de tirer profit de la fléxibilité des outils en ligne comme le partage et l’agrégation de contenus. Globalement, SlideRocket est une application capable de dépasser largement les attentes que l’on peut avoir d’un outil de présentation classique commePowerPoint. Il y a beaucoup de fonctionnalités intéressantes comme :

  • Importation de vos propres powerpoint
  • Multiples modèles de mises en page
  • Effets spéciaux  et transitions  3D des vidéos et photos
  • Bibliothèque d’objets qui peuvent être recherchés par mots-clés

SlideRocket comporte également un outil d’analyse assez avancé qui permet de suivre les contributeurs de chaque diaporama et de mesurer le temps passé sur chaque diapositive. Un fort accent a été mis sur les aspects communautaires et les utilisateurs sont encouragés à échanger des objets (images, thèmes et modèles). A noter que l’on peut également importer des images directement à partir de Flickr ou Yahoo, et des feuilles de calcul à partir de Google Docs.

SlideRocket a été conçu dans l’esprit open source en se souciant de la portabilité de l’application. Des développeurs tiers seront en mesure de construire des modules dans un diaporama en utilisant les API dédiées. L’application elle-même peut aussi être intégrée dans d’autres services en ligne.

SlideRocket  est encore officiellement dans sa phase bêta mais la version grand public gratuite devrait voir le jour d’ici quelques semaines.

Navigation web au doigt et à l’oeil, la webcam suffit…

 Riney

Un nouveau site à la fois surprenant et envoutant. Laissez-vous guider par le fluide rouge faisant office de navigation. La caractéristique la plus originale du site est la possibilité de naviguer avec une webcam ou une souris. Sont-ils les premiers, bien sûr, le choix le plus innovant de navigation permet aux visiteurs de consulter la philosophie de la boite, les dirigeants de l’agence et d’autres sections en agitant sa main ou son visage via la webcam, créant ainsi une expérience élégante, minimaliste et moderne.
Voir le nouveau site de Publicis & Hal Riney

Boule de cristale 2.0 : Les tendances de demain

Le site Advertising Age a demandé au top 150 des bloggeurs quelle serait la technologie de demain à laquelle nous devrions préter le plus attention en 2008. Ci-desous, un extrait des meilleures analyses.

Tom Martin : Positive DisruptionLa Micro-Publicité ciblée

«Avec le coût de production et de distribution des contenus numériques se rapporchant du zéro absolu, y compris pour la VOIP, l’occasion est venue de créer pour les marques des micro-contenus qui pénétreront dans la vie des consommateurs. Cela devient une réalité financière avec un énorme retour sur investissement à la clé , la «micro-publicité ciblée». Cela devrait être une grande tendance en 2008. »

Andy Wibbels : AndyWibbels.com - La Recherche localisée
« Les consommateurs sont en phase d’’apprentissage, ils peuvent trouver des ressources, non seulement dans le monde entier, mais aussi au bout de la rue. Le « trouvabilité » est indispensable, que vous soyez une multi-nationale ou une PME. »
.
Marie Lena Tupot : BrandNoise - Les application mobiles
« Cela se démocratisera, mais mais pas avant dans un énorme Buzz sur le mobile. Les applications mobiles ordinaires qui vous rendent la vie plus simple, comme le paiement de sommes modiques à la volée, la recherche du dernier restaurant à la mode ou la pré-commande de votre café. Payer votre facture de téléphone à n’importe quelle heure ou voter en ligne, ce sont les choses de la vie courante qui ont le plus d’avenir. »

Joost de Valk : Joost de Valk’s SEO BlogL’optimisation du référencement naturel : « SEO »
« La technologie la plus digne optenant toutes les attentions le SEO. C’est à la fois la technique la moins chère et le meilleur moyen d’arriver à générer du trafic sur vos sites. Cela est surtout due à l’émergence de ce qu’on appelle la recherche universel, c’est-à-dire, l’intégration des résultats des moteurs de recherche verticaux, comme les images, les livres et les résultats localisés dans les pages de résultats.»

Barry Schwartz : Search Engine Roundtable - Le stockage de données
« Avec l’apparition de Google Docs, Google Apps, et Microsoft Live, je pense que 2008 sera l’année du stockage des données sur le Web, et non sur notre disque dur. Les gens se sentent maintenant plus confiants pour laisser des sociétés tierces stocker leurs données sensibles. C’est là que les opportunités devraient se trouver en 2008.»

Paul Chaney : Conversational Media Marketing - La video en ligne
« La Télévision et la vidéo en ligne est de la technologie à surveiller en 2008. Il semble y avoir un glissement « sismique » vers la distribution numérique de contenu vidéo, de plus en plus de sites de vidéos sont créés, et il y a partout une petite caméra qui produit révolution (ce qui inclut les webcams). Cela laisse augurer une poursuite de la hausse des vidéos générés par les utilisateurs. YouTube n’était qu’un début. Maintenant, il n’ya plus ooVoo, seesmic, Revver, Jumpcut … La liste est encore longue.. Ajoutez à cela le fait que les gens sont appétants pour regarder depuis leurs ordinateurs des programmes de télévision. Plus que toute autre technologie, y compris les réseaux sociaux, la vidéo sera en ligne.»

Dan Schawbel : Personal Branding Blog - La micro-communication
« Les marketeurs doivent concentrer leur attention sur les systèmes de messagerie interne et externe. Les emails sont passés à des formats beaucoup plus courts et concis. Les exemples de cette tendance sont Twitter et seesmic, qui offrent aux utilisateurs un moyen de véhiculer leurs messages dans de courts messages textuels ou vidéos qui peuvent être facilement visionnées par d’autres. Comme les gens ont de moins en moins le temps de lire intégralement l’actualité et les blogs, ils auront recours à la communication avec le moins de mots possibles. Les messages qui contiennent des titres simples et des liens vers d’autres ressources, feront une montée en flèche en 2008. Les marketeurs doivent en être conscients et synchroniser leurs messageries d’entreprise à un niveau où les gens peuvent comprendre, réagir et prendre des décisions rapidement.»

Darryl Ohrt : Brand Flakes for breakfast - Encore la vidéo
« Il ya un moyen de transcender les applications, les données démographiques et de la technologie: la vidéo. Les gens sont sur leurs flux vidéo et leurs vidéos sont dans leurs réseaux sociaux. La collaboration et le partage se font comme jamais auparavant. Les Marketeurs ont besoin d’élaborer un plan média qui intègre la vidéo dans leurs stratégies médiatiques et sociales. La théorie de la «longue traine» ne demande plus qu’à être appliquée avec les outils adéquats. Tous voudront participer à l’agrégation des flux  pour croquer leur part. Soyez prêt à raccourcir les processus de validation, laisser de coter les processus classiques de production, et appuyez simplement sur « Enregistrer »

Chris Anderson annonce 6 nouveaux modèles économiques issus de l’ère de la gratuité

 Chris Anderson

 Au cours de la dernière décennie, un nouveau business model émerge. Après plus d’une décennie, les derniers grands débats « gratuit versus payant » sont sur le point de s’achever. Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine Wired, en préparation de son nouveau livre « Free » publie un article et rappelle que le modèle gratuit est un processus commercial normal. Avec l’émergence d’Internet, une nouvelle ère de la gratuité prend son essor basée sur les faibles couts de production et la multiplicité des offres qui tendent à tirer les prix vers le 0 absolu. La musique, les jeux vidéos et l’ensemble des applications Google, tout devient gratuit sur le net :“le coût marginal de la technologie dans les unités que les individus consomment est proche de zéro”, comme le montre l’évolution du coût du Webmail.
Tout cela est inéxorable, ce modèle économique tend à de répandre de manière irréversible (en témoigne l’échec de toutes les offres s’appuyant sur le micro-paiement). Tous les secteurs d’activité seront touchés, reste simplement à savoir à quelle échéance pour s’orienter vers l’un des 6 nouveaux modes de financement :

  • Le modèle publicitaire classique actuellement majoritairement répandu sur le web
    Le modèle « Fremium » : une version de base gratuite grand public associée à une version payante plus riche en fonctionnalités. Cela fonctionne sur des marché de niche, comme Flickr et LinkedIn avec une version Pro payante. C’est le modèle de l’échantillon gratuit, où une personne qui paye permet à des milliers d’autres utilisateurs d’avoir une version gratuite.
  • Le modéles du « cross-selling », ventes croisées, en résumé, une offre gratuite vous incite à acheter un autre produit, comme l’illustre les abonnement téléphoniques avec le téléphone offert.
  • Le coût marginal nul : quand il est plus simple d’offrir que de faire payer, comme on le constate dans l’industrie musicale (en espérant réaliser des profits sur d’autres produits). Le dernier album de Radiohead a bien généré des profits records alors meme qu’il était en libre téléchargement.
  • Le travail collaboratif : vous accédez gratuitement à un service en échange d’une production à valeur ajoutée (en améliorant le service ou en créant des informations qui peuvent être réutilisées par d’autres : c’est le principe des votes sur Digg, Yahoo Answers)
  • L’économie du don : l’argent n’est pas la seule motivation. Exemple de Wikipédia, l’altruisme et l’économie du partage, montrent qu’il y a d’autres façons de créer de la valeur.

Ce constat dressé par Chris Anderson reste à l’état de théorie, et se base plus sur une analyse des start-up 2.0 et sa propre intuition que sur une analyse économique tangible. Peut-on en faire une généralité et appliquer cette théorie à l’ensemble de l’économie ?

L’article complet sur : http://www.wired.com/techbiz/it/magazine/16-03/ff_free

Référencement : Yahoo passe au Web sémantique

Yahoo passe au web sémantique
Yahoo prend position sur le marché du référencement. La société Yahoo a annoncé qu’elle adoptera certaines normes du « web sémantique ». L’entreprise intégrera le contrôle des identifiants (balises et tags) lors de l’indexation de son moteur de recherche.

Yahoo va regrouper les recherches sémantiques et autres  informations disséminée sur le web, la plupart des autres moteurs donnent à Yahoo une bonne raison d’adopter les standards du Web sémantique. Actuellement, les moteurs de recherche – majoritairement Google – permettent de déterminer la pertinence d’un sujet en utilisant les interconnexions entre les sites. Le web sémantique lui, a plutôt tendance à utiliser le contexte des données sur une page, en donnant la capacité aux robots indexeurs d’analyser la pertinence d’un sujet donné.

Amit Kumar, à la direction des produits Yahoo, annonce que malgré les progrès accomplis sur la manière d’indexer les pages web, les avantages n’ont généralement pas été ressentis par l’utilisateur moyen. Les standards du Web Sémantique devrait à l’avenir, donner aux utilisateurs la possibilité de lire les pages depuis les « microformats » sur  le réseau social LinkedIn.

Parce que LinkedIn structure ses données indexées dans Yahoo, une recherche pourrait offrir des liens vers les connexions d’un utilisateur, ce qui permettrait un contact direct avec un utilisateur final, ou la possibilité de visualiser son profil complet.

Toute tierce partie pourrait donc ainsi créer des modules Yahoo produisant un effet de levier grâce à la sémantique des données. Tout cela fait partie des signes de la transformation de Yahoo vers une société plus ouverte.

source : http://www.marketingvox.com/yahoo-search-casts-lots-with-semantic-web-technology-037327/